Eté 2020: dans le sud de la France, toujours à la rencontre de l’art!

Cet été a été une nouvelle fois l’occasion pour moi de visiter plusieurs musées et expositions d’art contemporain dans le sud de la France. En voici un aperçu. Certaines expositions ne sont pas encore terminées. Courez-y si vous êtes dans le coin!

RODEZ – Musée Soulages: depuis le temps que je voulais visiter ce musée ouvert en 2014…je n’ai pas été déçu! Très agréable et très intéressant aussi bien pour l’exposition des oeuvres du peintre français Pierre Soulages que pour l’exposition temporaire « Femmes années 50. Au fil de l’abstraction, peinture et sculpture », un hommage haut en couleurs à la création des femmes dans les années 50 à Paris (jusqu’au 31 octobre 2020)

MONTPELLIER – Musée Fabre: pour compléter la visite du musée de Rodez, un petit passage à la section Soulages du musée Fabre s’impose!

MONTPELLIER – MOCO (Montpellier Contemporain): toujours des expositions passionnantes dans les différents lieux du nouveau musée d’art contemporain de Montpellier ouvert en 2019: exposition « Permafrost. Les formes du désastre » sur les désastres naturels, sociaux et politiques engendrés par le changement climatique (à la Panacée, terminé); exposition « Mecaro. L’Amazonie dans la collection Petitgas », une ode à l’Amazonie vue sous l’angle d’une sensibilisation à ses problèmes environnementaux et d’une découverte d’un certain nombre de ses artistes (à l’Hôtel des Collections, jusqu’au 20 septembre 2020)

MONTPELLIER – Espace Saint-Ravy: exposition « Au-dessus des nuages, la mer » qui permettait de découvrir l’univers onirique du jeune artiste montpelliérain Camille Adra (terminée)

SETE – CRAC (Centre Régional d’Art Contemporain): exposition « Qalqalah. Plus d’une langue » qui proposait un dialogue entre deux alphabets/trois langues (arabe, français et anglais), chacune étant porteuse d’enjeux politiques, historiques et poétiques qui s’entrecroisent et se répondent (terminée)

SERIGNAN – MRAC (Musée Régional d’Art Contemporain Occitanie/Pyrénées-Méditerranée): exposition « La mesure du monde », une exposition collective qui dresse un inventaire sensible et poétique du monde et de ses lois physiques; exposition « Fata Bromosa », une installation immersive qui fait découvrir l’oeuvre de l’artiste Abdelkader Benchamma, connu pour sa pratique virtuose du dessin se déployant à l’échelle des lieux qui l’accueillent, jouant sur les formes et sur nos perceptions (jusqu’au 30 septembre 2020)

NICE – MAMAC (Musée d’Art Moderne et d’Art Contemporain): pour ses trente ans le musée niçois propose cet été, et jusqu’au 31 décembre 2020, un nouveau parcours de ses collections avec plus de 200 oeuvres majeures de 1960 à nos jours (Yves Klein, Niki de Saint Phalle, Albert Chubac, et plein d’autres)

AVIGNON – Collection Lambert: le musée avignonnais célèbre, lui, ses vingt ans cette année et propose deux expositions inédites, l’une conçue à travers les yeux de son fondateur Yvon Lambert, 20 ans après (jusqu’au 15 novembre 2020), l’autre à travers la présence de l’intime dans la collection du musée, de Nan Goldin à Roni Horn (jusqu’au 20 septembre 2020)

 

Eté 2015 au Musée Régional d’Art Contemporain Languedoc-Roussillon à Sérignan

Comme chaque été depuis quelques années, je me suis rendu dans ce musée très agréable qui propose une collection permanente et des expositions temporaires toujours très intéressantes. Celles-ci permettaient cet été de découvrir quatre artistes: Hicham Berrada (vidéos mettant en scène la transformation de la matière activée chimiquement et faisant apparaître un univers onirique étrange et coloré ne cessant de se métamorphoser), Reto Pulfer « Les Chambres des Etats » (l’artiste crée des environnements conçus comme des « chambres » à partir de divers matériaux -tissu, papier- qu’il peint et installe de façon à questionner l’espace du lieu d’exposition), Francisco Tropa « Trésors Submergés de l’Ancienne Egypte » (l’exposition se présente comme une expédition archéologique fictive évoquant de multiples représentations du monde allant de la Grèce antique aux idéaux modernistes), Mariana Castillo Deball « Cronotopo » (l’artiste aborde de façon conceptuelle différents domaines tels l’archéologie, l’histoire ou l’ethnographie au sein d’installations combinant sculpture, photographie, vidéo et dessin). Différentes façons d’aborder notre relation au temps et à l’espace. Comme d’habitude, de charmantes médiatrices étaient présentes dans le musée pour commenter les oeuvres. Un grand merci à toute l’équipe pour ces quelques photos qui sont d’une certaine manière ma contribution à l’exposition.

look vac 2015 32

look vac 2015 33

look vac 2015 21

look vac 2015 22

look vac 2015 23

look vac 2015 24

look vac 2015 25

look vac 2015 26

look vac 2015 27

look vac 2015 28

look vac 2015 29

look vac 2015 30

look vac 2015 31

look vac 2015 34