Fashion Week Femme SS22 Jour 8

DEFILE SHANG XIA A L’ESPACE COMMINES: Cette marque peu connue en Europe propose un luxe chinois de qualité depuis une dizaine d’années. Elle a été rachetée en 2020 à son ancien propriétaire Hermès par le groupe Exor de la famille Agnelli, qui a confié au créateur Yang Li la direction artistique de son activité mode afin de lui donner un nouveau départ. Pour ce premier défilé à Paris dans le calendrier officiel, le créateur a proposé une collection urbaine et contemporaine aux matières nobles, aux coupes épurées et aux couleurs éclatantes qui vise avant tout les millenials chinois. Il mêle T-shirts zippés cobalt ou jaune fluo en cachemire double face, manteau bubble-gum à poches plaquées, tailleur abricot et manteau croisé argent, pantalons en satin, capes enveloppantes et grandes parkas. Les mannequins sont chaussés de bottes et sandales futuristes à rebord translucide. C’est efficace et séduisant à défaut d’être très original. Il est également à noter que le créateur basé à Paris a décidé que la majorité de la confection serait réalisée en Italie.

Photos: imaxtree

Fashion Week Femme SS22 Jour 7

DEFILE ANN DEMEULEMEESTER AU LYCEE CARNOT: La marque est dans une période de transition après le départ de son directeur de création Sébastien Meunier l’an dernier et son rachat par le détaillant italien Claudio Antonioli, co-fondateur du New Guards Group, qui a notamment propulsé Off-White sur la scène internationale. Cette collection mixte conçue par une équipe artistique interne, entièrement en noir et blanc avec quelques nuances de gris, est un véritable hommage à la fondatrice de la marque. On y retrouve de nombreux éléments signature de la maison: cordons multiples, oeillets placés à des endroits improbables, ceintures qui traînent et expressions décalées inscrites sur des T-shirts. La plupart des mannequins portent des chapeaux de caractère: hauts de forme de planteur ou melons de playboy des colonies, aux minces rebords garnis de satin. Les silhouettes sont amples et décontractées: vestes oversize, pantalons bouffants à larges revers pour les hommes comme pour les femmes. Les coupes sont enveloppantes et flatteuses. Les vestes croisées à revers infinis, les manteaux de style édouardien portés avec des fourreaux en maille étirée et les super-manteaux de rockeur en cuir mat confèrent à l’ensemble une élégance nonchalante caractéristique du style néo-romantique qui a fait la notoriété de la marque.

Photos: imaxtree

Fashion Week Femme SS22 – Le streetstyle Partie 2

AU DEFILE RICK OWENS (30 SEPTEMBRE 2021):

AU DEFILE CHLOE (30 SEPTEMBRE 2021):

AU DEFILE LOEWE (1ER OCTOBRE 2021):

AU DEFILE VIVIENNE WESTWOOD (2 OCTOBRE 2021):

ET MES PROPRES LOOKS:

Fashion Week Femme SS22 Jour 6

DEFILE ANREALAGE EN DIGITAL: Kunihiko Morinaga, le fondateur de la marque, a donné une nouvelle preuve de la créativité japonaise avec ce projet artistique hors normes, naviguant entre réel et virtuel, et fusionnant animation et défilé de mode. Le créateur s’est inspiré du film d’animation « Belle » du réalisateur japonais Mamoru Hosoda, présenté à Cannes en juillet, dans lequel il a créé le costume de scène virtuel de l’actrice principale, une lycéenne timide de 17 ans qui se transforme en pop star (Belle) dès qu’elle entre dans un monde virtuel dénommé « U ». Au travers d’un film magique qui nous transporte dans la quatrième dimension il poursuit ses expérimentations et prouesses technologiques. Des centaines de triangles lumineux éclatés à travers tout l’écran se recomposent sous nos yeux pour donner forme à des tenues éblouissantes dans un kaléidoscope de couleurs et de lumières fluorescentes. En réel ces robes Arlequin aux mille facettes qui créent des formes sculpturales géométriques sans couture sont fabriquées à partir de triangles en tissu (jusqu’à 500 pour les silhouettes les plus spectaculaires) provenant pour la plupart de vêtements usagés (jeans délavés, chinos d’occasion, vêtements militaires et autres trenchs vintage), mais aussi d’imprimés floraux coupés puis appliqués sur des triangles en coton ou en lin. Il y a également des matériaux réfléchissants qui permettent aux habits de s’illuminer à la tombée de la nuit. Les looks sont complétés par des sandales à plateforme assorties d’United Nude, des bijoux en résine avec des fleurs séchées d’Anever et des casques sculpturaux. Un chef d’oeuvre d’imagination à la croisée de la science-fiction et de la poésie.

Photos : imaxtree

Fashion Week Femme SS22 Jour 5

PRESENTATION DE JEUNES CREATEURS PORTUGAIS A LA GALERIE JOSEPH

Les plateformes de design ModaLisboa et Portugal Fashion ont présenté plusieurs talents émergents de la création portugaise dans des mises en scène originales.

CONSTANCA ENTRUDO: Son style innovant à base d’éléments en patchwork puise largement dans l’upcycling. La créatrice propose un dialogue scénique entre des poèmes européens et brésiliens des années 1960 et des mélanges de tissus élaborés artisanalement. Découpes ajourées, asymétries, ouvertures latérales et toiles fluides rappelant des filets de pêche habillent des mannequins aux airs de sirène qui ondulent autour d’une installation tridimensionnelle organique.

MARIA CARLOS BAPTISTA: Sa collection intitulée « Matria » met en scène une femme dominante, aux tenues inspirées de l’homme, plutôt sombres et multipliant les références gothiques. On remarque notamment une robe longue à col montant en dentelle noire, et une autre à dos nu avec un dégradé solaire dans la partie inférieure. La collection reflète son éclectisme, et son goût pour les mélanges de textures et le recyclage.

RICARDO ANDREZ: Egalement spécialiste du recyclage des chutes de tissus, le créateur propose une collection contemporaine centrée sur la technologie et utilisant des tissus sensibles à la température corporelle. Sous forme d’un défilé en rotation permanente dans l’une des salles de la galerie, les mannequins portent des associations matelassées et fluides de denim dans différents délavages. Superpositions légères de chemises ouvertes et de chemises en coton bio, de robes drapées, de vestes et de manteaux aux manches oversize. Les nuances de rose, violet et bleu sont assorties aux couleurs de la collection de Constança Entrudo.

Fashion Week Femme SS22 Jour 4

DEFILE RICK OWENS SUR LE PARVIS DU PALAIS DE TOKYO: Le créateur d’origine californienne a retrouvé son lieu de défilé préféré avec en ouverture sa femme Michèle Lamy, magistrale dans une robe en cuir noir pleine de saillies évoquant des carcasses de voitures, avec une cape filet flottant sur ses épaules et de nouvelles cuissardes dragon avec talons en plexiglas et découpe tout le long de la tige. Puis, dans un décor toujours aussi impressionnant avec des machines qui embrument les fontaines et le public en propulsant une épaisse fumée blanche, des mages noirs postés sur les toits qui jettent des feuilles de jasmin dans le vide, les mannequins avancent conquérantes, dans des robes sculpturales abstraites en denim japonais tissé sur des métiers anciens, ou en coton bio certifié GOTS, chaussées de cuissardes compensées de maîtresse dominatrice. Les robes toile d’araignée en mohair, avec des trous mobiles et amovibles, sont surprenantes. Lunettes de science-fiction pour un voyage vers un autre monde. Envoûtant comme toujours!

Photos: imaxtree

Fashion Week Femme SS22 – Le streetstyle Partie 1

AU DEFILE KENNETH IZE (27 SEPTEMBRE 2021):

AU DEFILE DIOR (28 SEPTEMBRE 2021):

AU DEFILE ROCHAS (29 SEPTEMBRE 2021):

ET MES PROPRES LOOKS: