Montpellier – Eté 2021

Toujours de belles expositions à voir à Montpellier:

MUSEE FABRE: exposition « United States of Abstraction – Artistes américains en France 1946-1964 » (jusqu’au 31 octobre 2021):

Une riche exposition consacrée à un ensemble d’artistes américains qui se sont installés en France après la Seconde Guerre mondiale et qui ont contribué à la redéfinition de l’art abstrait sur le continent européen.

MO.CO. (Montpellier Contemporain):

Expositions « Marilyn Minter, All Wet » et « Betty Tompkins, Raw Material » (à la Panacée, jusqu’au 5 septembre 2021):

Les deux artistes américaines féministes et activistes (âgées aujourd’hui de 73 et 76 ans) sont exposées ensemble et en France pour la première fois. Elles ont en commun de photographier et peindre le sexe et les corps nus féminins avec une sensualité explosive. Un hymne à la femme sans tabous.

Exposition « Cosmogonies – Zinsou, une collection africaine » (à l’Hôtel des Collections, jusqu’au 10 octobre 2021):

Pour la première fois en France sont présentées plus de 130 oeuvres de la collection de la Fondation Zinsou du Bénin (sculptures, photographies, peintures, installations) provenant de 37 artistes de générations différentes.

Fashion Week Haute Couture AW21/22 – Le streetstyle

AU DEFILE DIOR (5 juillet 2021):

AUX DEFILES CHANEL ET GIORGIO ARMANI PRIVE (6 JUILLET 2021):

AUX DEFILES BALENCIAGA ET JEAN PAUL GAULTIER x SACAI (7 JUILLET 2021):

ET MES PROPRES LOOKS:

Fashion Week Haute Couture AW21/22 Jour 4 (fin)

DEFILE VAISHALI S DANS LES JARDINS DU LYCEE VICTOR DURUY: Pour son premier défilé à Paris, la créatrice indienne Vaishali Shadangule, à la tête de la marque Vaishali S, a présenté une collection intitulée « Breathe » inspirée par la nécessité de respirer et l’idée de reconnexion avec la nature suite à la pandémie. Elle utilise des toiles tissées manuellement de façon artisanale, comme le « khand », pour dessiner des silhouettes asymétriques et créer des volumes plissés. L’hommage à ses origines dépasse la représentation classique du sari, le vêtement traditionnel indien, pour explorer des tissages comme le macramé et donner forme à des détails frangés et des manches subtiles rappelant de petits jardins de fleurs. Les tenues les plus sophistiquées mêlent, quant à elles, corsets et robes structurées. Certaines silhouettes font penser à des ailes de papillon, des feuilles végétales ou des sirènes sortant de l’eau, émergeant d’une brassée d’algues. Le blanc et le noir se combinent à des tonalités violettes, dorées, grenat ou bleu-vert. La mariée qui clôt le défilé porte une robe asymétrique jouant sur les superpositions et les transparences dans un esprit contemporain.

photos: Imaxtree

Fashion Week Haute Couture AW21/22 Jour 3

DEFILE JEAN PAUL GAULTIER x SACAI AU SIEGE DE JPG: Après avoir pris sa retraite début 2020 Jean Paul Gaultier a décidé d’inviter un créateur à réinterpréter son univers pour chaque saison de haute couture. Après plusieurs reports dus à la crise sanitaire c’est la créatrice japonaise Chitose Abe, directrice artistique de Sacai, qui a inauguré cet exercice de style original dans lequel Jean Paul Gaultier déclare se tenir à l’écart du processus créatif, mettant uniquement à disposition ses archives, ses ateliers et ses murs. C’est ainsi que dans chacune des silhouettes présentées avec brio par la créatrice on retrouve des éléments iconiques de la maison. La fameuse marinière se pare de traînes en tulle et en tartan, le corset vient se nicher sous un costume déconstruit, les pièces seconde peau en trompe-l’oeil tatouage, référence à la collection printemps-été 1994, sont présentes tout au long du défilé. Mélanges de satin et de rayures. Bombers réinventés en robe du soir. La mode hybride et innovante de Chitose Abe se décline dans des robes en jean aux coutures repensées. Et pour clore le tout, Jean Paul Gaultier a eu la bonne idée de venir saluer la foule depuis les balcons de son immeuble, en compagnie de Chitose Abe et des mannequins en tenue.

photos: Imaxtree

Fashion Week Haute Couture AW21/22 Jour 2

PRESENTATION FARHAD RE EN DIGITAL: Le créateur italien/persan a présenté une nouvelle collection couture intitulée « The Others » qui met en scène dans une ambiance onirique une guerrière avant-gardiste, au caractère affirmé, tout à la fois magicienne et elfe. Dans un monde en plein bouleversement elle se drape dans des robes architecturales en triple organza de soie aux volumes impressionnants. Le shantung et le mikado de soie donnent à ses armures du nouveau monde une légèreté envoûtante. Une excentricité maîtrisée et poétique réalisée avec des matières nobles, en cousu main et fibres 100% naturelles.

photos: Greg Alexander / Méphistophélès Productions

Fashion Week Haute Couture AW21/22 Jour 1

PRESENTATION NAJIB ALIOUA EN DIGITAL: Le créateur né à Paris d’une famille parisienne originaire de Constantine (Algérie), qui a fondé sa marque en 2001 suite à un séjour à Marrakech qui l’a émerveillé, a présenté une nouvelle collection intitulée « Orient Express », une invitation au voyage symbolisant sa double culture orient/occident et son univers mêlant élégance, tradition et modernité. Ce brassage des cultures et d’inspirations se traduit en dentelle de Calais Solstiss, broderies faites main, manches corolle, velours coton, tweed et manches gigot déclinés sur des robes trapèze, manteaux et tailleurs pantalons. Le tout est réalisé dans les ateliers marseillais du créateur, avec un souci notable du détail et de la structure, tout en privilégiant le confort sur l’ostentatoire.

photos: Greg Alexander / Méphistophélès Productions

Deauville – Eté 2021

Deauville n’est pas spécialement intéressante pour la mode (photographes de streetstyle, passez votre chemin!), mais un nouveau musée vient d’ouvrir et mérite une visite. Un nouveau lieu appelé « Les Franciscaines », à la croisée d’un musée, d’un théâtre et d’une médiathèque, qui a pour ambition de mettre « l’imaginaire à l’oeuvre ».

La programmation s’articule autour d’un musée dédié au peintre deauvillais André Hambourg, d’expositions temporaires révélant des oeuvres provenant des collections du musée ainsi que des pièces prêtées par de grands musées nationaux et étrangers, et d’espaces de lecture et de documentation structurés autour de thèmes locaux (cheval, cinéma, photographie,…)

Pour ce premier été d’ouverture on peut donc visiter l’exposition inaugurale « Sur les chemins du paradis » qui présente une centaine d’oeuvres venues de grands musées et collections privées et propose un voyage original dans le temps sur le thème du paradis entre imaginaire collectif, textes de différentes religions et histoire de l’art ((jusqu’au 22 août), une exposition temporaire intitulée « Des Maîtres de la couleur au XXème », montrant le pouvoir singulier de la couleur, vecteur d’émotions, tel que reflété par un certain nombre d’oeuvres provenant de collections privées (jusqu’au 18 septembre), l’exposition permanente André Hambourg (1909-1999), peintre voyageur du XXème siècle à la création prolifique et dont les principaux lieux d’inspiration ont été la Normandie, la Provence, le Maghreb et Venise.

Lorsqu’on passe à Deauville, on ne peut résister aux photos du Deauville immuable!

Et, pour terminer, mes looks lors de mon séjour (à Deauville et Trouville):