Fashion Week Femme SS20 Jour 5

DEFILE ISSEY MIYAKE AU CENTQUATRE (19EME ARRONDISSEMENT): Cette collection intitulée « A Sense of Joy » était très attendue, car c’était la première à être présentée par le nouveau directeur artistique Satoshi Kondo, promu à ce poste début septembre. Et elle n’a pas déçu, bien au contraire. Illustrant le plaisir primitif quasi instinctif de s’envelopper et de se mouvoir dans un vêtement, elle s’inscrit assurément dans la trace de son prédécesseur tout en lui donnant un nouveau souffle et une allure plus actuelle. Le défilé chorégraphié s’est déroulé sous forme d’un véritable spectacle composé d’une série de petites scènes présentant chacune un groupe de tenues dans une joie communicative. Jouant sur les constructions et les superpositions, les silhouettes fluides s’enchaînent dans des teintes tantôt monochromes, tantôt bariolées. Robes fluctuantes, tuniques de vestales, combinaisons confortables couleur chair et mauve, trenchs légers blancs ou décorés à grands coups de pinceaux, chapeaux de paille majestueux, tenues frangées ou en macramé, grands sacs demi-lune tournoyant comme des éventails, maxi coupe-vents à capuche colorés s’ouvrant comme comme des ailes de chauve-souris, robes plissées multicolores construites par strates de différentes longueurs, robes toupies à doubles strates…Une collection riche et pratique, toute en émotion et en poésie.

PRESENTATION NACO PARIS A L’ATELIER VITRINE: Malgré les embûches placées sur son chemin, le créateur underground, libre et décalé a relevé le défi de présenter une nouvelle collection unisexe intitulée « Le Portrait ». A cette occasion a été dévoilé un travail photographique réalisé avec l’artiste photographe Nathalie Sauvegrain (Natydred), dans lequel les pièces de la collection ont été mises en scène dans des compositions florales et fruitières rappelant la peinture classique du 17ème siècle. Une collection graphique et très colorée reflétant comme toujours le caractère passionné du créateur.

Le streetstyle du vendredi 27 septembre 2019:

Et, pour terminer, mon look du jour:

Fashion Week Femme SS20 Jour 4

DEFILE/PRESENTATION NADYA DZYAK SUR LA TERRASSE DES SALONS HOCHE: Pour la première présentation à Paris de sa marque fondée en 2008, la créatrice ukrainienne qui aime jouer avec la lumière s’est inspirée des phénomènes optiques naturels comme les aurores boréales et les couchers de soleil, ainsi que des installations lumineuses réalisées par le studio d’architecture new-yorkais Hou de Sousa. Elle superpose et mixe les couleurs dans des silhouettes originales aux formes architecturales et asymétriques, tout en légèreté et fluidité. Organza, motifs floraux et géométriques, détails plissés, drapés, teintes pastel très variées se combinent à merveille dans des looks sophistiqués et très féminins. Des blouses avec des éléments plissés sont associées à des pantalons cargos. Manches volumineuses et tailles hautes sont une référence aux années 1980 que la créatrice affectionne particulièrement.

DEFILE SAMANTHA GIRAUD AUX SALONS MARCEAU: La créatrice hongkongaise a présenté une nouvelle collection riche et variée intitulée « The Time Keeper » en hommage à la capacité des femmes à gérer efficacement leur temps. Combinant influences orientales et occidentales, elle déclare avoir été inspirée pour cette saison par la culture japonaise et l’élégance parisienne des années 1950. Les silhouettes présentées comportent tout à la fois des looks casual et des tenues de travail chic pour la journée, et des robes sophistiquées d’esprit couture pour les cocktails et les soirées. Des messages prônant l’amour de soi et la confiance en soi (« I Love Me », « I Married Myself,…) sont inscrits sur des tee-shirts. Une veste fortement épaulée est une métaphore de tout ce que les femmes doivent porter sur leurs épaules. Une grande attention est portée aux détails. Des matières variées comme la soie, l’organza, le denim, le coton se combinent dans des couleurs vives donnant une belle énergie à l’ensemble.

PRESENTATION LUIS BUCHINHO A L’HOTEL D’EVREUX (PLACE VENDÔME): Le créateur portugais a dévoilé sa nouvelle collection dans le cadre d’un événement intitulé « Portugal Fashion Goes Vendôme » où étaient également présentés deux autres designers portugais. Pour cette saison il a mis en scène une « touriste accidentelle » préoccupée par la situation actuelle des villes très touristiques, la gentrification et les enjeux environnementaux. Ces préoccupations s’incarnent dans un ensemble de pièces pratiques, dépouillées, faciles à porter et à transporter. Le thème de la recherche d’une identité est également abordé, les mannequins évoluant sobrement devant des panneaux lumineux blancs afin que la présentation se concentre davantage sur la collection, plutôt que sur une performance des mannequins. Les looks sont très réussis, très colorés et très actuels.

Le streetstyle du jeudi 26 septembre 2019, notamment aux abords des défilés Paco Rabanne, Y/Project et Rick Owens:

Et, pour terminer, mon look du jour:

 

Fashion Week Femme SS20 Jour 3

DEFILE MARRKNULL AU GARAGE LÜBECK: Pour son premier défilé à Paris, la marque lancée en 2017 par le duo de jeunes créateurs chinois Wang Wei et Tim Shi a présenté une collection intitulée « Contemporary Fairies » (fées contemporaines). S’inspirant de la rue et du mode de vie de la jeunesse chinoise d’aujourd’hui, sans toutefois renier son identité culturelle, elle propose un vestiaire urbain revisité où les coupes innovantes se combinent avec des motifs floraux plus traditionnels. Corsages en liberté, vestes ajustées ou oversize, broderies chinoises combinées à des ensembles en jean, brandebourg chinois s’invitant sur un sweater sans manche et un pantalon en toile, jupe droite à double taille, pantalon slim au bas évasé, organza en transparence ou en superposition, échancrures audacieuses. Palette de couleurs pastel du plus bel effet. Une collection avant-gardiste d’esprit couture et ouvertement unisexe.

DEFILE/PRESENTATION MAISON MAI AU PALAIS DE TOKYO: Pour cette nouvelle collection de sa marque fondée en 2016, la créatrice chinoise Mia Li a trouvé son inspiration chez l’artiste illustrateur israëlien Denis Zilber et ses oeuvres quelque peu absurdes qui bousculent les codes. Elle entend ainsi habiller une femme qui affirme sa féminité en s’appropriant les codes masculins. Les coupes traduisent le paradoxe de la collection, à la fois fluides, cintrées et oversize. Vestes amples, chemises rayées, robes aux détails déstructurés ou avec des imprimés de pissenlits. Tout ceci se décline dans une palette de couleurs sobres allant du noir et blanc dominant au gris et bleu, en passant par des nuances de teintes pastel comme les vert citron, vert d’eau et vert amande. Un chic urbain impeccable, ancré dans la modernité.

Le streetstyle du mercredi 25 septembre 2019:

Et, pour terminer, mon look du jour: