Fashion Week Haute Couture SS20 Jour 3 (fin)

DEFILE ZIAD NAKAD A L’HOTEL INTERCONTINENTAL PARIS LE GRAND: Pour cette nouvelle collection intitulée « Atlantis » le couturier libanais s’est inspiré de ce sous-continent insulaire évanoui et souvent idéalisé pour imaginer une princesse guerrière des temps modernes tout à la fois féroce, douce, déterminée et pleine de compassion. Les silhouettes de sirènes sont sublimées par le tulle, la soie et le taffetas mélangés à de l’organza et de la mousseline. Les cristaux, les perles, les plumes et tous les détails faits main exaltent leur féminité. Les nuances de bleu, de vert d’eau, de jaune soleil, de pêche et d’or reflètent à merveille leur sensualité.

DEFILE MARIA ARISTIDOU A L’HOTEL LE MAROIS-FRANCE AMERIQUES: La créatrice chypriote grecque a présenté une collection maille couture intitulée « Bold » (hardi) inspirée de l’Art Déco et du souffle de changement apporté par ce mouvement après la seconde guerre mondiale. Les coupes aux formes nettes et géométriques se déclinent dans des matériaux luxueux, des couleurs vivantes et des motifs originaux en maille, et incluent quelques silhouettes masculines. Fascinée par cette matière, Maria Aristidou a créé, à l’aide de fils précieux et de techniques élaborées, divers modèles de maille. L’ensemble du processus de conception et de production est artisanal et se déroule à Chypre.

DEFILE ADELINE ZILIOX A L’HOTEL LE MAROIS-FRANCE AMERIQUES : La jeune créatrice strasbourgeoise a présenté une collection couture intitulée « Source(s) », en référence à cette source inépuisable et intarissable qui est en chacun de nous. Mais c’est aussi un moyen d’exprimer ses préoccupations écologiques. Les mélanges de tissus, le travail des vides et des pleins, les broderies originales font allusion respectivement à la rencontre des éléments comme l’eau et la terre, au rythme de notre vie et à des paysages émotionnels. Sa démarche éco-responsable la conduit à n’utiliser que des savoir-faire français et des filières courtes limitant l’impact écologique, les broderies étant faites à la main dans ses ateliers en France.

Le streetstyle du mercredi 22 janvier 2020:

Et, pour terminer, mon look du jour:

Photos des défilés: imaxtree

Fashion Week Haute Couture SS20 Jour 2

DEFILE JULIEN FOURNIE A L’ORATOIRE DU LOUVRE: Pour cette nouvelle collection intitulée « Premières Conquêtes » le couturier français met en scène des aventurières modernes, éprises de liberté et dont la soif de découvertes et de nouvelles rencontres est une source d’inspiration sans fin pour leurs tenues. Les silhouettes à la coupe parfaitement maîtrisée sont imposantes. Les vêtements, moins corsetés que d’habitude, se parent de broderies-talismans ou de gris-gris qu’on imagine avoir été recueillis au gré de ces pérégrinations. L’allure est structurée au moyen de ceintures à multiples lanières. Sacs, cartouchières et passementeries complètent l’équipement de ces aventurières intrépides et indépendantes.

DEFILE ALEEM YUSUF A L’HOTEL LE MAROIS-FRANCE AMERIQUES: Avec cette nouvelle collection intitulée « Obsession » le créateur d’origine pakistanaise basé à Melbourne (Australie) explore les variations de l’amour, de l’individualité et de la beauté, comme autant de pétales d’une rose. Inspiré par les formes féminines, il entend traduire toute la sensibilité naturelle de la femme, sa délicatesse et les contrastes entre sa force intérieure et sa beauté fragile, dans une collection reprenant les bases de la couture traditionnelle: drapés provenant de tissus luxueux, recours aux techniques séculaires, attention portée au détail. Comme à son habitude le premier look en noir est un hommage au « noir Melbourne » porté par les Melbournois en toutes saisons.

DEFILE LA METAMORPHOSE A L’HOTEL LE MAROIS-FRANCE AMERIQUES: Le duo de créatrices polonaises (Ewa Gawkowska et sa soeur Malgorzata Szczena) qui est à l’origine de la marque a présenté une nouvelle collection intitulée « Les couleurs de l’âme » dédiée à la femme en tant que muse, évanescente inspiration pour les poètes comme Sully Prudhomme. La transparence des tulles est sublimée par les mousselines, les soies, les satins et les taffetas, dans un tourbillon de couleurs fortes alternant avec de délicats pastels. Pour notre plus grand plaisir, Miss France 2019 (Vaimalama Chaves) qui est une grande fan de la marque a chanté un titre de son dernier album dans une tenue rouge spécialement créée pour l’occasion, pour clôturer le défilé, et Miss France 2020 (Clémence Botino) était également présente.

Le streetstyle du mardi 21 janvier 2020, notamment aux abords du défilé Chanel:

Et, pour terminer, mon look du jour:

Photos des défilés: imaxtree

Fashion Week Haute Couture SS20 Jour 1

DEFILE TONY WARD AU PALAIS DE LA DECOUVERTE: Pour cette nouvelle collection intitulée « Revive » le créateur libanais s’est inspiré des lignes infinies, des cercles tels qu’ils peuvent apparaître dans des dessins de mandalas, des formes fractalisées et des géométries « douces ». Suivant la philosophie du cycle de la vie il a ainsi conçu une couture nouvelle à partir de pièces vintage, repensant et ravivant des matières et des robes de multiples façons. La palette de couleurs se décline cette saison en blanc pur, vert turquoise, jaune vif. Les coupes enveloppantes donnent une sensation de sécurité, les formes volumineuses symbolisent la liberté, l’ensemble est somptueux.

Le streetstyle du lundi 20 janvier 2020, aux abords des défilés Tony Ward et Dior:

Et, pour terminer, mon look du jour:

Fashion Week Femme SS20 Jour 9 (dernier jour)

DEFILE JAREL ZHANG AU FAUST: Avec cette nouvelle collection intitulée « Ctrl.Alt.Home », le jeune créateur chinois fait allusion à la possibilité de résoudre beaucoup de problèmes numériques en redémarrant son ordinateur, formulant ainsi l’espoir que toutes les personnes qui souffrent dans le monde puissent un jour aspirer à une nouvelle vie en appuyant sur le bouton redémarrer. Poursuivant une fusion des esthétiques orientale et occidentale, il nous propose une nouvelle version de ses tenues fonctionnelles, unisexe et futuristes, à base de tissus techniques innovants, aux coupes amples et d’esprit sportswear. Avec de grandes poches pour le côté pratique, les silhouettes se déclinent dans des coloris bleu, vert, kaki, camouflage, noir et brillant, agrémentés de quelques imprimés graphiques.

DEFILE LYSANDRE GL AUX SALONS HOCHE: La créatrice chinoise Minhua Guo Lenoir, qui a fondé sa marque à Paris en 2016 après avoir travaillé de nombreuses années avec Olympia Le Tan, a dévoilé une nouvelle collection intitulée « Rêveries Enivrées » qui est une invitation à un voyage onirique. Celui-ci nous emmène dans différents univers avec successivement des silhouettes lunaires, reflets de couleurs froides avec des finis métallisés, puis des teintes plus colorées et chaleureuses marquant une dualité entre le jour et la nuit. Transparences et superpositions traduisent la légèreté propre aux rêves. Les matières nobles et vaporeuses des robes sont sublimées par de délicates broderies de perles et sequins qui caractérisent la marque. Les coupes créatives allient tradition et modernité en combinant également cultures européenne et chinoise.

Le streetstyle du mardi 1er octobre 2019 aux abords des défilés Chanel et Miu Miu:

Et, pour terminer, mon look du jour:

Fashion Week Femme SS20 Jour 8

DEFILE SHIATZY CHEN AU PALAIS DE TOKYO: La créatrice taïwanaise Wang Chen Tsai-Hsia a présenté une nouvelle collection inspirée par la spiritualité et la tranquillité d’une forêt de bambou. Une nouvelle déclinaison de son thème préféré, la combinaison des cultures orientale et occidentale. Exprimant la fraîcheur d’une forêt et la poésie orientale, la collection met en scène des silhouettes aérées, avec de la dentelle sur tout ou partie des tenues, des jupes courtes flottantes, des robes longues vaporeuses, des sous-vêtements portés comme vêtements d’extérieur, des tops dos nu ayant la forme d’un dudou (sous-vêtement chinois traditionnel), des brassières en dentelle. Jeux de transparences, broderie ton sur ton grimpant sur une chemise, imprimés graphiques, dessins artistiques d’insectes, mantes et papillons, et d’escargots. Les tissus délicats (organza, dentelle, coton, soie, satin) se déclinent en blanc et noir dominants, complétés par des bruns, verts et rouges. Des sandales très actuelles finalisent ces looks délicieux et subtils qui respirent la jeunesse.

Le streetstyle du lundi 30 septembre 2019:

Et, pour terminer, mon look du jour:

Fashion Week Femme SS20 Jour 7

DEFILE FATIMA LOPES AU SALON DES MIROIRS: La créatrice portugaise a présenté une nouvelle collection intitulée « Exotic Nature », inspirée par l’esthétisme, la poésie et le raffinement des fleurs exotiques. Les silhouettes chic se déclinent dans des couleurs franches (verts exotiques, secs et subtils, turquoises lumineux, rouges intenses) qui se combinent à des nudes, saumons et roses délicats, des noirs absolus et des blancs purs. Trikinis graphiques pour la plage. Robes cocktail longues aux drapés onctueux. Mousselines de soie, laines froides, viscoses, mélanges singuliers de dentelles pailletées et de plumes, transparences… Une élégance moderne et intemporelle.

Le streetstyle du dimanche 29 septembre 2019, notamment aux abords du défilé Valentino (les stagiaires ont encore frappé en envoyant la même robe à différentes invitées!)

Et, pour terminer, mon look du jour:

Fashion Week Femme SS20 Jour 6

DEFILE ALIANNA LIU A L’HOTEL INTERCONTINENTAL PARIS LE GRAND: Pour le premier défilé à Paris de sa marque fondée en 2018 et également basée à Paris, la créatrice chinoise a présenté une nouvelle collection intitulée « Kiss a rainbow under your skin » et inspirée de ses chats. Une collection sophistiquée et colorée reprenant toutes les teintes de l’arc-en-ciel avec de jolis dégradés, combinant des tissus soyeux et luxueux avec quelques touches de transparences. Broderies faites main, impressions dessinées à la main, volants romantiques, détails soignés se combinent également à des pièces plus basiques, comme ces T-shirts et sweaters décorés de dessins humoristiques. L’allure d’ensemble est très féminine et célèbre la joie de vivre.

DEFILE GEOFFREY B SMALL A L’ESPACE SAINT-MARTIN: Cherchant toujours à rapprocher mode et art, le designer américain installé en Italie a dévoilé sa nouvelle collection dans le cadre d’une représentation de l’opéra « L’Alcibiade » du compositeur vénitien Marc’Antonio Ziani (1680). Une histoire remarquable abordant les thèmes majeurs du genre, du pouvoir, de l’ambition et de la guerre. En référence aux admiratrices de ce héros tragique grec qui doivent se déguiser en homme pour aller le voir en personne au Sénat interdit aux femmes, puis à l’une d’entre elles qui finit par annoncer devant tout le monde qu’elle est une femme, le défilé met en scène en première partie des tenues masculines qui évoluent petit à petit vers plus de féminité. Looks masculins avec des jupes transformées en pantalons, chemises, cravates, pièces masculines diverses retravaillées sur des silhouettes féminines. La féminité se révèle progressivement avec, pour finir, des jeux de transparence avec ces magnifiques pièces de velours en dévorée de soie et viscose sur une base en tulle, et en dernier une superbe veste verte en soie et viscose avec imprimé méduses, assortie avec une délicieuse mini-jupe plissée. Comme toujours les pièces sont tissées à la main dans les ateliers du créateur à Venise et de nouvelles teintures naturelles sont recherchées. Beaucoup de soie, conférant une grande légèreté à la collection. Un anorak 100% en soie est imperméabilisé avec de la cire d’abeille. Les vestes longues s’imposent. Coupes variées, travail sur les proportions, détails revisités: toujours autant d’inspiration pour une mode écologiquement et socialement responsable.

Le streetstyle du samedi 28 septembre 2019:

Et, pour terminer, mon look du jour: