Fashion Week Haute Couture AW17/18 Jour 4 (fin)

DEFILE ZIAD NAKAD A L’HOTEL WESTIN: Avec cette nouvelle collection intitulée « La forêt de cristal de neige » le couturier libanais propose sa vision romantique d’une saison aux couleurs magiques. Le blanc glacial de la neige se réchauffe petit à petit grâce à la présence de velours, plumes, tulle et dentelles qui se combinent au travers de savantes broderies. Différentes sortes de découpes sur la poitrine, le dos, les épaules viennent redessiner et sublimer le corps pour en exacerber toute sa féminité. La palette de couleurs de cette forêt magique et ensorcelante s’enrichit de bleu marine, de diverses teintes de gris, de rouge, d’argent et d’or.

DEFILE ANTONIO ORTEGA A L’AUTOMOBILE CLUB DE FRANCE: Cette nouvelle collection présentée par le créateur mexicain et intitulée « Un cocktail d’émotions » s’appuie sur une inspiration écossaise. « Sans Peur », la devise d’un clan des Highlands écossais, est le leitmotiv de cette collection audacieuse. Le tartan aux couleurs vives évoque le cri de guerre primitif des gens du nord, les spikes en métal sont un clin d’oeil à l’esprit punk qui bouscule les convenances. Ce cocktail d’émotions particulièrement enivrant se décline au travers de matières nobles: laine, cuir, métal, soie. Les coupes sont franches, les couleurs sont explosives.

Le streetstyle du mercredi 5 juillet 2017:

Et, pour terminer, mon look du jour (photos: Franck Malabre):

Publicités

Fashion Week Haute Couture AW17/18 Jour 3

DEFILE JULIEN FOURNIE A L’ORATOIRE DU LOUVRE: Pour sa deuxième saison sous le label officiel de la Haute Couture, le créateur français a présenté une collection intitulée « Premier Oracle » qui combine subtilement les codes de sa maison de couture, une inspiration Belle Epoque et des accents gothiques. Longues robes fluides d’allure monacale, mais aussi avec des transparences recouvertes de broderies. Tailles marquées, cols hauts couvrant le décolleté. Les couleurs se concentrent, tout en élégance, sur le noir, le nude et le doré. Pour les mannequins: coupe garçonne brune ou blonde, cils oversize ou aux allures de couronnes d’épines. Les dernières silhouettes prennent du volume pour conclure en apothéose.

DEFILE LASKARIS AU FAUST: Le créateur grec Laskaris Valavanis a présenté une nouvelle collection qui se veut un passage vers un monde surréaliste où le rêve est omniprésent, et dont le Prisme est la clé. Comme des déesses antiques les mannequins défilent, lumineuses, dans des silhouettes épurées aux matières nobles et puissantes: lin, cachemire, cuir. La palette de couleurs est construite autour du noir, du rouge, du blanc et de l’or. Les émaux recouvrant les vêtements sont moulés et entièrement modelés à la main dans l’atelier athénien du créateur.

Le streetstyle du mardi 4 juillet 2017:

Et, pour terminer, mon look du jour (photos: Franck Malabre):