Fashion Week Femme AW20/21 Jour 8

DEFILE Y/PROJECT DANS UN EX-GRAND MAGASIN A MONTPARNASSE: Comme d’habitude le directeur artistique Glenn Martens s’amuse à franchir les frontières de la couture en explorant toutes sortes de nouvelles constructions. Pour cette saison il se concentre sur le bassin, qui semble s’enfiler entre les deux coquilles d’une moule formée par un pantalon taille haute découpé en V. Celui-ci s’ouvre à partir de l’entrejambe en deux pétales ogive sur chaque côté. Une forme défiant les règles de l’équilibre, que le designer applique à toutes sortes d’ensembles, tops, corsages et vestes plongeant dans des pantalons et jupes entonnoirs. Ceci se décline aussi dans de très sexy costumes avec blazers-body, un pantalon ainsi ouvert laissant même apparaître un string. Sur d’autres silhouettes les étoffes de tops, pantalons et jupes s’enroulent dans des formes boursouflées autour de la taille. Des chemises pliées en long vont se coincer dans les bretelles de plusieurs tops, comme des écharpes. Des robes en jersey se tire-bouchonnent à hauteur de la taille. Des rubans brillants et ondulés composent une robe du soir inattendue sous une tunique en organza noir, le pan d’une robe bouffante en or s’enfile dans une botte. Une imposante robe cape en velours noir avec le col relevé dans le dos clôt le défilé de façon magistrale.

Le streetstyle du lundi 2 mars 2020 aux abords des défilés Y/Project et Giambattista Valli:

Et, pour terminer, mon look du jour:

Fashion Week Homme AW20/21 Jour 2

DEFILE Y/PROJECT DANS UN GYMNASE DU 6EME ARRONDISSEMENT: Le directeur artistique Glenn Martens a présenté une nouvelle collection unisexe aux coupes décalées comme il en a l’habitude. Au programme cette saison: de magnifiques costumes en flanelle effet rayures craie, des écharpes en laine ornées de motifs tigres en jacquard, des cabans de trappeur à carreaux à la coupe asymétrique, des pantalons découpés en V sur le devant (effet slip apparent), des pulls cousus deux à deux par les épaules, des robes-corsets en soie vaporeuse, des vestes à double-boutonnage en trompe-l’oeil en 3D, des ceintures et pantalons conçus pour être drapés et noués à la taille, des vestes et manteaux dont l’envers est doublé et fixé par un bouton afin d’accentuer l’asymétrie des pièces, des sacs circulaires en forme de noeud marin, également plusieurs parkas et doudounes déconstruites conçues dans le cadre d’une collaboration nouvelle avec Canada Goose. Toujours autant d’inspiration et de maîtrise, aussi bien dans les silhouettes que dans les détails!

Le streetstyle du mercredi 15 janvier 2020 aux abords du défilé Off-White (au Carrousel du Louvre):

Et, pour terminer, mon look du jour:

 

Fashion Week Homme SS20 Jour 2

DEFILE Y/PROJECT A L’ORATOIRE DU LOUVRE: Avec cette nouvelle collection, le directeur artistique Glenn Martens, qui a repris la marque parisienne en 2013, continue à s’amuser à déconstruire les bases du vestiaire masculin en jouant sur les asymétries et les proportions. La structure traditionnelle des costumes et des pardessus est déformée afin de créer des effets de drapés et de relief inattendus. Une épaule semble plus haute alors que l’autre est en retrait. La doublure sort de l’envers d’un blazer pour en devenir la boutonnière. Le corps est presque enfoui dans certains blousons dont la manche droite se gonfle sous de nombreux plis, tandis que la manche gauche tombe vers l’avant. Ce mouvement de spirale se retrouve également dans un coupe-vent tire-bouchonné sur lui-même, les poches zippées en diagonale. Le col d’une chemise grandit d’un côté, comme prêt à s’envoler. Le revers gauche d’un col descend jusqu’au bas d’un manteau, accentuant l’effet de longueur. Une audace remarquable qui transforme chaque vêtement en sculpture du quotidien!

Le streetstyle du mercredi 19 juin 2019 aux abords des défilés Off-White et Y/Project:

Et, pour terminer, mon look du jour: