Fashion Week Femme SS23 Jour 2

DEFILE VICTORIA/TOMAS A LA GARE DES INVALIDES: Par ce défilé les deux jeunes designers Victoria Feldman (russe) et Tomas Berzins (letton) ont fêté les dix ans de leur marque créée en septembre 2012 à leur sortie de l’école Esmod à Paris. C’est donc cette histoire d’amour qu’ils ont voulu raconter au travers d’une collection pleine de vitalité et très sexy, intitulée « décennie d’amour ». Le défilé s’est ouvert avec Victoria dans une mini robe blanche virginale en nylon froissé, chaussée de bottines à lacets caractéristiques de la marque, avec son bébé de six mois dans les bras. Sur le plan des symboles, un coeur se retrouve partout sur les pièces, en motif, logo, badge, broderie. Des coeurs en tissu sont appliqués par states concentriques sur les poches de chemises et vestes sahariennes; ils sont esquissés par le biais d’anneaux métalliques apposés sur des tee-shirts et sweaters, mais aussi sur les pantalons façon genouillères ou incrustés à l’emplacement des seins sur mini robe et top bustier. La plupart des pièces sont réversibles. On retrouve les jupes à franges chères à la marque, tandis que les chemises en coton à rayures sont cette saison raccourcies sur le devant et laissées longues et flottantes dans le dos. Le ventre se dénude volontiers avec des sweatshirts et chemises croppés. Le dressing se fait très sensuel avec des treillis résille noirs transparents, des bodys en dentelle et des dessous qui se montrent sans retenue sous la veste, résultat d’une collaboration avec la nouvelle ligne de corseterie haut de gamme Chantelle X.

Fashion Week Femme SS18 Jour 1

DEFILE VICTORIA/TOMAS DANS LES JARDINS DE LA FACULTE DE PHARMACIE DE PARIS: Pour ce premier défilé de leur marque créée en 2012, les jeunes créateurs Victoria Feldman (28 ans) et Tomas Berzins (26 ans) ont trouvé leur inspiration dans leur propre histoire, une histoire d’amour entre une jeune fille plutôt sage et un garçon rebelle, un « bad boy », qui se sont rencontrés sur les bancs de l’école Esmod à Paris. La collection revisite ainsi une garde-robe masculine classique qu’elle fait évoluer de façon inventive mais portable vers un style plus féminin. Cette fusion s’opère par le biais d’une multitude de petits détails, comme par exemple une alternance de boutons pression métalliques et de boutons en forme de fleur sur une chemise ou une veste. Superbes manteaux en cuir, trench élégant, robes d’été amples en coton à rayures ou à carreaux madras aux manches gonflées, robe nouée à la taille qui se transforme en jupe, tailleur rayé gris porté avec une jupe asymétrique. L’asymétrie présente sur de nombreuses pièces donne un caractère fort à l’ensemble de la collection: écharpe cousue sur l’épaule d’une robe, pan de tissu qui prolonge sur un côté un blouson en jean ou un pantalon, échancrure sur le bas d’une robe ou d’une jupe. Matières de qualité: maille, popeline de coton, cuir (grande spécialité de la marque). Une palette de couleurs étendue et vivifiante qui se décline en imprimés géométriques variés. Un immense bravo pour cette collection d’une grande fraîcheur, décontractée, moderne et très séduisante!

Le streetstyle du mardi 26 septembre 2017, avec comme nouveauté de cette saison le défilé Dior en premier jour de fashion week:

Et, pour terminer, mon look du jour: