Fashion Week Haute Couture AW19/20 Jour 4 (fin)

DEFILE ZIAD NAKAD AU PAVILLON CAMBON CAPUCINES: Pour cette nouvelle collection intitulée « Tessera » le couturier libanais s’est inspiré de la mosaïque antique et réalise ainsi une ode à l’architecture et à la géométrie. Mélangeant les tulles avec les chiffons, la dentelle et le velours, et maîtrisant parfaitement les coupes et les volumes, il donne à ses créations une dimension architecturale empreinte de modernité. Les silhouettes très féminines présentent des tailles marquées, ainsi que des manches oversize et asymétriques obtenues grâce à de véritables prouesses techniques tout en donnant une grande impression de légèreté. Les broderies ont été imaginées comme un assemblage de tesselles d’une mosaïque. Tout ceci se décline dans une palette de couleurs variées et raffinées avec du rouge, du bleu, du doré, de l’argenté et des pointes de noir.

Le streetstyle du mercredi 3 juillet 2019, notamment aux abords des défilés Elie Saab et Jean-Paul Gaultier:

Et, pour terminer, mon look du jour:

Photos de défilé: Imaxtree pour Méphistophélès

Fashion Week Haute Couture AW19/20 Jour 3

DEFILE JULIEN FOURNIE A L’ORATOIRE DU LOUVRE: Pour cette nouvelle collection intitulée « Premier Sortilège » et célébrant le dixième anniversaire de sa Maison, le jeune couturier français a trouvé son inspiration chez les magiciennes, les sorcières, les héroïnes de romans gothiques et autres stars de films noirs et entend rendre un hommage particulier à toutes les femmes transgressant les codes qui leur sont imposés par les sociétés patriarcales. Leurs silhouettes mythiques sont mises au goût du jour et deviennent de diaboliques beautés. Cols montants, plastrons brodés sur chemisiers en mousseline plissée s’associent à de longues jupes amples. La coupe des vestes, des manteaux et des robes trompe-l’oeil de manteau, les carrures renforcées et les boutonnages apparents dégagent une rigueur toute militaire. Les cuirs précieux (python, alligator) sculptent les bustes et les tailles tout en souplesse. Corbeaux et autres oiseaux de malheur s’invitent sur les coiffes, bonnet, capeline, au travers de plumes brodées qui subliment les looks.

DEFILE ANTONIO ORTEGA A L’AMBASSADE DU CANADA: Avec cette nouvelle collection intitulée « Nomade » le créateur mexicano-canadien s’adresse aux nomades des temps modernes qui doivent affronter les éléments mais s’en amusent avec style et élégance. Les silhouettes grandiloquentes dégagent un esprit tout à la fois sauvage et futuriste. Omniprésentes dans la collection, les fourrures (synthétiques) sont produites grâce à des technologies innovantes. Les chaussures poilues et colorées reposent sur un talon imprimé en 3D. Les pièces sont ornées de tressages de matériaux et d’ajouts de cuir. On retrouve également les contrastes chers au créateur: de la fine dentelle côtoie des cheveux synthétiques déchaînés, des cordes a priori grossières se révèlent être, de plus près, une confection de tissu thermique métallisé.

DEFILE PATRICK PHAM A L’HOTEL LE MAROIS – FRANCE AMERIQUES: Pour cette nouvelle collection intitulée « La Perle de l’Extrême-Orient » le créateur français d’origine vietnamienne s’est inspiré de ses souvenirs d’enfance au Vietnam et redécouvre les tissages ancestraux: « Lanh My A », un tissage de la soie spécial dont la technique de teinture prend près de cinq mois; le brocart, tissu de coton, de lin ou de chanvre fabriqué à la main, teint de multiples couleurs à partir de plantes sauvages et orné de motifs représentant chaque groupe ethnique. Le créateur revisite le brocart en le mélangeant à d’autres matériaux comme la peau de cheval et la fourrure de bétail: il le décline dans des silhouettes combinant le rythme effréné d’une Tzigane et le look sexy d’une Bohémienne, réunissant ainsi deux univers, le brocart rustique et le romantisme parisien. Concluant ce défilé coloré et exubérant, sa robe de mariée est réalisée avec une matière innovante, la soie de fleurs de jacinthe.

Le streetstyle du mardi 2 juillet 2019, notamment aux abords du défilé Chanel:

Et, pour terminer, mon look du jour:

Photos des défilés: Imaxtree

Fashion Week Haute Couture AW19/20 Jour 2

DEFILE TONY WARD A L’HOTEL INTERCONTINENTAL LE GRAND: Pour cette nouvelle collection intitulée « Blossoming Fibers » (fibres fleurissantes) le créateur libanais s’est inspiré de la première forme de vie connue dans l’univers, le champignon, et son côté un peu mystique. Il a ainsi cherché à transposer leur multitude de formes et d’espèces dans des volumes vertigineux obtenus grâce à l’introduction, pour la première fois, de l’impression 3D. Il a imaginé des organzas pliés en mille-feuilles, à l’image des branchies ornant leurs corolles. Les têtes spongieuses sont réinventées en formes volumineuses. Les broderies en fil-coupé et soie redessinent la structure filiforme du mycelium. La palette de couleurs allant du blanc au rouge profond en passant par le brun noyer et un bleu céleste nous plonge dans l’univers des sous-bois.

DEFILE STEVEN KHALIL A L’HOTEL LE MAROIS – FRANCE AMERIQUES: Avec cette nouvelle collection intitulée « Dame en fleurs » le créateur d’origine australienne explore l’anatomie et la fragilité des fleurs, en soulignant aussi la force et le romantisme qu’elles peuvent dégager. La collection est riche en détails et utilise des techniques de broderie exclusives, jouant avec les superpositions, créant des touffes de raphia reposant sur une base métallique argentée pour amplifier le lustre, combinant georgette de soie rose poudre coupée à la main avec un fil métallique intriqué rappelant la vigne. Certaines pièces sont conçues comme un feuillage qui se sépare en grappes individuelles plus petites. Perles de métal argenté, noir de jais et vert-de-gris pour plus de brillance. Un velours de soie plus profond et plus somptueux vient renforcer l’opposition mat/brillant de la broderie.

Le streetstyle du lundi 1er juillet 2019, notamment aux abords du défilé Dior:

Et, pour terminer, mon look du jour:

Photos des défilés: Imaxtree

Fashion Week Haute Couture AW19/20 Jour 1

DEFILE ARMINE OHANYAN A L’HOTEL LE MAROIS – FRANCE AMERIQUES: Avec cette nouvelle collection intitulée « Let Fly » la jeune créatrice d’origine arménienne nous invite à nous évader pour découvrir l’inconnu et nous rapprocher de la nature. Ainsi la collection combine l’utilisation de matières naturelles (mousseline de soie, organza de soie, satin duchesse, coton,…) et les nouvelles technologies comme la découpe laser. De magnifiques plissés artisanaux ont été conçus par la Maison du Pli. On aime beaucoup les jolies combinaisons de bleu et de vert et les aspects graphiques de certaines tenues. La créatrice traduit également ses préoccupations écologiques en utilisant des plastiques recyclés, recouverts d’une couche d’or blanc par la maison Daumet qui entend révolutionner le monde de l’or grâce à des techniques innovantes et préservant l’environnement, issues de la recherche scientifique.

DEFILE ADELINE ZILIOX A L’HOTEL LE MAROIS – FRANCE AMERIQUES: Avec cette seconde collection couture intitulée « Black snow & White storm », inspirée par des images de mer gelée au coucher du soleil, la jeune créatrice strasbourgeoise fait également part de ses préoccupations écologiques. Se revendiquant de la « slow fashion » elle utilise des matières transformées, recyclées, dans lesquelles on retrouve certains matériaux provenant de collections précédentes. Elle transgresse quelque peu les codes de la haute couture en proposant des pièces résolument urbaines et contemporaines, aux broderies spectaculaires. Noir et blanc dominant. On aime beaucoup l’aspect créatif, asymétrique et graphique des silhouettes.

Le streetstyle du dimanche 30 juin 2019:

Et, pour terminer, mon look du jour (très estival compte tenu du temps):

Photos des défilés: Imaxtree pour Méphistophélès

Fashion Week Femme AW19/20 Jour 8 (dernier jour)

DEFILE JAREL ZHANG A L’IMPRIMERIE JACQUES LONDONN: Pour cette nouvelle collection intitulée « Born to be », le jeune créateur chinois de 28 ans s’est propulsé dans le monde nouveau qui pourrait surgir à la fin du monde actuel, en mode survie mais avec l’espoir de quelque chose de meilleur. Cette inspiration se traduit en doudounes gigantesques, maxi-manteaux, coupe-vents retravaillés dans des volumes oversize, tantôt zippés avec de grandes poches ovales, tantôt sous forme de vestes déstructurées. Les vestes sont parcourues de sangles à boucles. Des sweaters en néoprène, que le créateur appelle « coton spatial », sont décorés de poches géométriques. Le mode survie s’exprime aussi par de véritables chaussures de ski portées par certains mannequins et par l’utilisation généralisée du duvet, sous diverses versions, qui est au coeur des expérimentations textiles dont raffole le créateur. Des pièces hybrides associent un duvet ultra-brillant à des matières mates. Ces silhouettes unisexe, volumineuses et futuristes, d’esprit sportswear et aux accents graphiques, se déclinent dans des couleurs fortes où dominent le noir et des jaunes et bleus très vifs.

Le streetstyle du mardi 5 mars 2019, aux abords des défilés Chanel et Miu Miu:

Et, pour terminer, mon look du jour:

Fashion Week Femme AW19/20 Jour 7

PRESENTATION « LE STUDIO PIERRE » AU PALAIS DE TOKYO: La marque créée en 2017 par le duo de jeunes créateurs Tina Pierre et Thomas Bellego a présenté sa nouvelle collection intitulée « Pierre’s Angels », dans le cadre de Designers Appartment. Une collection ludique, colorée, ironique traduisant une vision tout à la fois nostalgique et d’avant-garde. Une mise en scène dans une ambiance de bureau complètement décalée qui exprime assurément une attitude et transmet un message de liberté. Les tenues sont sexy, élégantes, un brin provocantes et proposent un mélange original de matières avec des bottes en PVC transparentes vertes, des bas roses avec des doigts, un manteau en vinyle rouge brillant. Les coupes sont très travaillées. Dans ce monde délicieusement onirique les foulards en soie retrouvent une nouvelle jeunesse. Mille bravos pour tant d’audace et d’inspiration!

Le streetstyle du lundi 4 mars 2019:

Et, pour terminer, mon look du jour (je porte une veste en fausse fourrure de Zadig&Voltaire):

Fashion Week Femme AW19/20 Jour 6

DEFILE LYSANDRE GL AU BAR DE L’HOTEL W PARIS OPERA: Pour cette nouvelle collection intitulée « Heartbeat » la créatrice chinoise Minhua Guo Lenoir a trouvé son inspiration dans l’histoire de la mythique Route 66 et le message de liberté qu »elle véhicule. Elle entend ainsi rendre hommage aux différentes générations qui ont façonné cette route grâce à leurs combats. La créatrice, qui met toujours en avant un travail artisanal dans des matières haut de gamme embellies par de délicates broderies, a présenté dans une ambiance intimiste un bel ensemble de looks arty, romantiques, jouant sur la transparence et la sensualité. Les couleurs sont vivantes et raffinées, et subliment des effets de découpe créatifs. Certaines tenues portent des motifs artistiques célébrant le corps humain. On lui souhaite un long voyage!

PRESENTATION MAISON MAI AU PALAIS DE TOKYO: Pour cette nouvelle collection de sa marque fondée en 2016, la créatrice chinoise Mia Li a été inspirée par le film documentaire « Le Sel de la Terre » qui raconte la vie du photographe franco-brésilien humaniste Sebastiao Salgado. La créatrice y a vu le côté le plus sombre de la civilisation humaine (guerres, massacres, faim, fuite), mais aussi une lueur d’espoir vers un avenir plus heureux. Ainsi la collection est pensée en deux séries de couleurs qui s’opposent, le noir cruel d’une part, des teintes plus claires bienveillantes d’autre part, illustrant le thème de l’obscurité et de la lumière que l’on trouve dans la philosophie chinoise traditionnelle. Les coupes parfois déstructurées et les jeux de superposition reflètent les déchirures et les combats de la condition humaine. Les matières sont de grande qualité. Les silhouettes au design épuré ne renient pas une touche garçonne. L’ensemble est puissant et très élégant.

Le streetstyle du dimanche 3 mars 2019, notamment aux abords du défilé Valentino:

Et, pour terminer, mon look du jour: