Fashion Week Femme SS21 Jour 2

DEFILE COPERNI SUR LE TOIT DE LA TOUR MONTPARNASSE: La marque du duo français Arnaud Vaillant et Sébastien Meyer, relancée en 2019, a présenté une nouvelle collection conçue pendant le premier confinement avec l’idée, dans ce contexte particulier, de créer des vêtements qui protègent le corps, comme une seconde peau. Ceci se traduit par des tissus résistants et élastiques qui épousent la forme du corps, tissus 3D, mailles stretch, et le développement d’un nouveau jersey anti-UV qui est aussi antibactérien. Malgré leur caractère technique les silhouettes sont très chic et raffinées. Ensembles blancs ou noirs avec leggings à sangles et coupe-vent zippé près du corps, se déclinant également dans une surprenante version turquoise agrémentée d’une sorte de tchador très « jeux olympiques ». Magnifiques tops à épaules dégagées, élégants tailleurs avec jupe asymétrique, robes du soir impressionnantes et pleines de vitalité. Tout ceci dans une palette de couleurs très délicate. Aux pieds, des sandales compensées ont l’air particulièrement confortables.

Le streetstyle du mardi 29 septembre 2020 aux abords du défilé Dior:

Et, pour terminer, mon look du jour (photos: Franck Malabre):

Fashion Week Femme SS21 Jour 1

Malgré le contexte sanitaire cette Fashion Week parisienne a finalement eu lieu aux dates prévues, du 28 septembre au 6 octobre 2020, tant bien que mal, avec une majorité de défilés/présentations en digital, et quelques défilés physiques chaque jour avec leur corollaire en termes de streetstyle, sauf le premier jour 100% virtuel.

PRESENTATION WALES BONNER EN DIGITAL: Pour sa première présentation dans le cadre de la Fashion Week parisienne, la créatrice londonienne qui avait remporté le prix LVMH en 2016 a proposé une nouvelle déclinaison de son style combinant culture caribéenne et tradition britannique. Cette collection mixte intitulée « Essence » s’inspire ainsi du style flamboyant du dance-hall (musique dérivée du reggae) du début des années 1980 en Jamaïque, en l’associant aux codes plus traditionnels de la couture britannique. Les silhouettes sont fluides, mais avec beaucoup de contrastes et de détails complexes chers à la créatrice. On y trouve également des vêtements de sport hybrides conçus en collaboration avec adidas Originals. Les vestes de tailleur se portent sur un survêtement et sont accessoirisées d’un béret, tout cela dans une palette de couleurs riche mêlant des verts, bleus, rouges, fuchsia et violets à des tons chauds plus neutres (brun, anthracite, beige). Hommes et femmes sont chaussés de bottines cirées, ballerines à brides, baskets Adidas et mocassins.

Fashion Week Femme AW20/21 Jour 9 (dernier jour)

DEFILE GAUCHERE AU PALAIS DE TOKYO: La créatrice allemande Marie-Christine Statz, qui a lancé sa marque au style minimaliste et basée à Paris en 2013, défilait pour la première fois dans le calendrier officiel de la Fashion Week parisienne. Pour cette nouvelle collection elle s’est inspirée du tailoring masculin pour proposer des silhouettes monumentales donnant de la force à la femme en valorisant notamment les épaules. Costumes amples, grandes vestes et chemises d’homme, pantalons et manteaux imposants, mais aussi des robes et jupes descendant jusqu’au mollet. Laine et flanelle dominent et cohabitent avec quelques looks en cuir souple et en maille. Les coupes sont strictes et se déclinent dans des teintes monochromes, sobres et très masculines. Les vestes cintrées, ou resserrées à la taille par une ceinture coulissante qui se noue dans le dos, accentuent l’effet d’épaules larges, de même que les épaules pagodes de certaines robes ou vestes sans manches. Des touches de variété apparaissent parfois de façon inattendue dans certains détails, comme les vestes croisées de la gauche vers la droite (le nom de la marque vient du fait que la créatrice est effectivement gauchère), un bras qui se dévoile complètement dans une chemise, le dos d’une veste en flanelle grise qui ruisselle de franges pour une étonnante allure de cow-boy. Puissant!

Le streetstyle du mardi 3 mars 2020 aux abords des défilés Chanel et Miu-Miu: très riche pour ce dernier jour de Fashion Week du « monde d’avant »!

Et, pour terminer, mon look du jour (photo: Franck Malabre):

Fashion Week Femme AW20/21 Jour 8

DEFILE Y/PROJECT DANS UN EX-GRAND MAGASIN A MONTPARNASSE: Comme d’habitude le directeur artistique Glenn Martens s’amuse à franchir les frontières de la couture en explorant toutes sortes de nouvelles constructions. Pour cette saison il se concentre sur le bassin, qui semble s’enfiler entre les deux coquilles d’une moule formée par un pantalon taille haute découpé en V. Celui-ci s’ouvre à partir de l’entrejambe en deux pétales ogive sur chaque côté. Une forme défiant les règles de l’équilibre, que le designer applique à toutes sortes d’ensembles, tops, corsages et vestes plongeant dans des pantalons et jupes entonnoirs. Ceci se décline aussi dans de très sexy costumes avec blazers-body, un pantalon ainsi ouvert laissant même apparaître un string. Sur d’autres silhouettes les étoffes de tops, pantalons et jupes s’enroulent dans des formes boursouflées autour de la taille. Des chemises pliées en long vont se coincer dans les bretelles de plusieurs tops, comme des écharpes. Des robes en jersey se tire-bouchonnent à hauteur de la taille. Des rubans brillants et ondulés composent une robe du soir inattendue sous une tunique en organza noir, le pan d’une robe bouffante en or s’enfile dans une botte. Une imposante robe cape en velours noir avec le col relevé dans le dos clôt le défilé de façon magistrale.

Le streetstyle du lundi 2 mars 2020 aux abords des défilés Y/Project et Giambattista Valli:

Et, pour terminer, mon look du jour:

Fashion Week Femme AW20/21 Jour 7

DEFILE ISSEY MIYAKE AU LYCEE CARNOT: Le directeur artistique Satoshi Kondo a présenté sa seconde collection, un nouvel exercice très réussi, tout en fraîcheur et en émotions, mettant nos cinq sens en éveil dans une farandole de couleurs et de matières. Tenues blanches de la tête aux pieds, les contours et les poches des vêtements étant marqués d’un épais trait noir. Robes chemises en soie aériennes qui se dédoublent, invitant à jouer avec cette deuxième strate en la renfilant comme une housse, en la nouant à la taille ou au cou comme une toge. Doudounes monochromes décomposables. De même les manteaux, pantalons, duvets deviennent respectivement veste, bermuda, gilet sans manche. Amusantes combinaisons duveteuses de lapin blanc ou en tissu 3D aux reflets irisés. Tricots 2, 3, 4, 5 en 1, mailles confortables pourvues de trous-hublots pouvant être enfilées à plusieurs. Une mode ludique et originale qui donne chaud au coeur.

Le streetstyle du dimanche 1er mars 2020 aux abords du défilé Issey Miyake:

Et, pour terminer, mon look du jour:

Fashion Week Femme AW20/21 Jour 6

DEFILE FATIMA LOPES AUX SALONS HOCHE: La créatrice portugaise a présenté sa nouvelle collection intitulée « Raffinement Oriental », inspirée par la sophistication naturelle de l’esthétique Iki japonaise. Les silhouettes sont structurées et audacieuses. On y trouve notamment des manteaux aux cols sculpturaux et plissés, aux larges épaules graphiques qui contrastent avec des tailles délicatement marquées, ainsi que des capes élégantes, courtes ou longues. Des formes kimono pour des robes et tops. Les pantalons et combinaisons s’accompagnent de soies, alpagas, laines et cashmeres. Le jean s’invite dans plusieurs pièces pour un côté plus urbain. Les dentelles, paillettes et velours se superposent harmonieusement dans des jeux graphiques. Des ceintures corsets en cuir subliment les tenues. Des associations de couleurs très seyantes (rouge/noir, bleu/orangé) soulignent la richesse de la collection.

Le streetstyle du samedi 29 février 2020 aux abords du défilé Elie Saab:

Et, pour terminer, mon look du jour:

Fashion Week Femme AW20/21 Jour 5

Une journée entièrement consacrée au streetstyle, avec les défilés Balmain et Nina Ricci (vendredi 28 février 2020):

Et, pour terminer, mon look du jour: