Fashion Week Femme SS23 Jour 4

DEFILE LUDOVIC DE SAINT SERNIN DANS UN IMMEUBLE EN TRAVAUX: Pour fêter le cinquième anniversaire de sa marque fondée en 2017 le jeune créateur parisien a proposé une nouvelle collection parfaitement mixte jouant comme à son habitude avec les codes érotiques. Les hommes prennent des allures de légionnaires romains sensuels et virils, tandis que les femmes apparaissent en tenues très déshabillées. Bottes lacées en cuir hautes et plates et jupettes à bandelettes, surmontées d’un ceinturon clouté, constituent la base de l’uniforme. La jupe de centurion est aussi déclinée en slip de cuir clouté et frangé, ou en top à bretelles évasé à gros plis, dont le modèle identique se traduit pour la femme par une mini robe, ou encore en minijupe de toile kaki. Un anthurium (plante tropicale) écarlate avec son pistil jaune, retenant un top à une épaule ou accroché au poignet en bracelet, attire les regards. Les mises en cuir hyper moulantes (fourreau bustier, shorts, débardeurs, pantalons) sont toujours très présentes, tout comme les transparences dans un voile en tulle drapé sur le corps et des tricots fins. Pour le soir, les hommes portent des pantalons entièrement lacérés, laissant deviner la rondeur de leur fesses, tandis que les femmes se parent de lumière avec des ensembles en maille de cristaux Swarovski scintillante, des robes ou des minijupes drapées assorties à leur soutien-gorge.

Fashion Week Femme SS23 – Le streetstyle Partie 1

Le streetstyle aux abords des défilés Dior et Dries Van Noten (27 et 28 septembre 2022):

Et, pour terminer, mes propres looks:

Fashion Week Femme SS23 Jour 3

DEFILE ACNE STUDIOS AU PALAIS DE TOKYO: Pour célébrer la dixième année de fashion week parisienne de la marque suédoise, son fondateur et directeur artistique Jonny Johannsson a voulu créer une ambiance de fête sur le thème d’un mariage kitsch. Le décor est fait de lits XXL couverts de draps en satin rose sur lesquels s’installent les invités. Le tissu sert aussi de robes aux mannequins, qui semblent parfois sortir de leur lit de noces. Elles portent des ensembles faits de voiles transparents, comme ces superbes robes sous lesquelles on devine des plumes, rubans, carrés de tissus et autres sous-vêtements. La gaze et la résille qui enveloppent de nombreuses tenues ne cachent pas grand-chose, mais des noeuds sont habilement disposés sur les tétons ou devant le pubis. L’ambiance romantique est contrebalancée par une foison de détails punks: les chaussures et les sacs sont hérissés de clous, les roses décorativement posées sur une ceinture sont pleines d’épines. Les looks masculins sont de la même veine. Quelques sublimes manteaux en cuir métallisé usé ou des jeans présentent des pointes tout le long des bras et des jambes. Des protège-tibias en tissu sont assortis à des escarpins. Des nappes vichy sont astucieusement taillées en veste boyfriend géante. Que la fête commence!

Fashion Week Femme SS23 Jour 2

DEFILE VICTORIA/TOMAS A LA GARE DES INVALIDES: Par ce défilé les deux jeunes designers Victoria Feldman (russe) et Tomas Berzins (letton) ont fêté les dix ans de leur marque créée en septembre 2012 à leur sortie de l’école Esmod à Paris. C’est donc cette histoire d’amour qu’ils ont voulu raconter au travers d’une collection pleine de vitalité et très sexy, intitulée « décennie d’amour ». Le défilé s’est ouvert avec Victoria dans une mini robe blanche virginale en nylon froissé, chaussée de bottines à lacets caractéristiques de la marque, avec son bébé de six mois dans les bras. Sur le plan des symboles, un coeur se retrouve partout sur les pièces, en motif, logo, badge, broderie. Des coeurs en tissu sont appliqués par states concentriques sur les poches de chemises et vestes sahariennes; ils sont esquissés par le biais d’anneaux métalliques apposés sur des tee-shirts et sweaters, mais aussi sur les pantalons façon genouillères ou incrustés à l’emplacement des seins sur mini robe et top bustier. La plupart des pièces sont réversibles. On retrouve les jupes à franges chères à la marque, tandis que les chemises en coton à rayures sont cette saison raccourcies sur le devant et laissées longues et flottantes dans le dos. Le ventre se dénude volontiers avec des sweatshirts et chemises croppés. Le dressing se fait très sensuel avec des treillis résille noirs transparents, des bodys en dentelle et des dessous qui se montrent sans retenue sous la veste, résultat d’une collaboration avec la nouvelle ligne de corseterie haut de gamme Chantelle X.

Fashion Week Femme SS23 Jour 1

DEFILE WEINSANTO AU « 35-37 »: Le jeune créateur alsacien Victor Weinsanto a présenté un nouveau défilé-performance haut en couleurs et tout en bonne humeur dans l’espace culturel parisien de Dover Street Market. Il a ainsi concocté une parade débridée à laquelle il a invité sur le podium ses amis stylistes et performeurs du monde LGBT et des nuits parisiennes: les drag queens Paloma et la Grande Dame, en complet camel qui se dézippe et se déboutonne, l’artiste et créatrice de mode australienne Michaela Stark, quasiment nue sous un fin voile transparent, le corps saucissonné et ficelé par une longue natte, l’ex-meneuse de revue Allanah Star en déshabillé couleur chair. Ses amis stylistes sont venus ajouter leur propre touche: Charles de Vilmorin, le jeune directeur artistique de Rochas, surmonté d’une sculpture monumentale en métal, strass et plumes, Florentin Glémarec et Kevin Nompeix, le duo derrière Egonlab, en crop-top, bijoux de corps et sweatshirt conceptuel, le créateur Vincent Pressiat, dandy rock dans un look en noir coiffé d’un volumineux chapeau de plumes. Une ambiance de fête dans laquelle le corset, signature de la marque, est retravaillé et proposé en mini robes bustiers de coton ou satin, lacées sur le devant et dans le dos. Seins dénudés, jupes fendues jusqu’au haut de la cuisse, accessoires surdimensionnés, coiffes exubérantes. Outrancier, extravagant mais tellement revigorant!

Fashion Week Femme AW22/23 Jours 8/9 (fin)

DEFILE GIAMBATTISTA VALLI AU MUSEE D’ART MODERNE: Pour cette saison le styliste italien réinterprète ses riches créations couture dans un esprit plus jeune. Perchées sur de très hautes plateformes, en collants opaques, blancs ou colorés ton sur ton avec leurs tenues ultra courtes, les mannequins se cachent derrière des lunettes noires surdimensionnées. Différents styles et savoir-faire se combinent, des costumes en tapisserie d’Aubusson aux ensembles à imprimé léopard, en passant par de mini robes blanches à boutons dorés ou des looks plus décontractés, comme ce pantalon palazzo associé à un long manteau shearling décoré de frises brodées. Pour le soir, les filles mettent leurs souliers argentés et strassés ou leurs immenses cuissardes python pour aller danser dans des robes tantôt sages en guipure vert d’eau, tantôt précieuses en dentelles noires ou couvertes, au choix, de grosses paillettes argent ou de micro-baguettes translucides. Elles peuvent également porter un ensemble culotte-top orné d’écailles roses ou des robes drapées, en soie blanche imprimée de roses ou rouge coquelicot. Quand elles veulent marquer le coup, elles s’enveloppent dans des nuages de tulle.