Fashion Week Homme AW20/21 Jour 2

DEFILE Y/PROJECT DANS UN GYMNASE DU 6EME ARRONDISSEMENT: Le directeur artistique Glenn Martens a présenté une nouvelle collection unisexe aux coupes décalées comme il en a l’habitude. Au programme cette saison: de magnifiques costumes en flanelle effet rayures craie, des écharpes en laine ornées de motifs tigres en jacquard, des cabans de trappeur à carreaux à la coupe asymétrique, des pantalons découpés en V sur le devant (effet slip apparent), des pulls cousus deux à deux par les épaules, des robes-corsets en soie vaporeuse, des vestes à double-boutonnage en trompe-l’oeil en 3D, des ceintures et pantalons conçus pour être drapés et noués à la taille, des vestes et manteaux dont l’envers est doublé et fixé par un bouton afin d’accentuer l’asymétrie des pièces, des sacs circulaires en forme de noeud marin, également plusieurs parkas et doudounes déconstruites conçues dans le cadre d’une collaboration nouvelle avec Canada Goose. Toujours autant d’inspiration et de maîtrise, aussi bien dans les silhouettes que dans les détails!

Le streetstyle du mercredi 15 janvier 2020 aux abords du défilé Off-White (au Carrousel du Louvre):

Et, pour terminer, mon look du jour:

 

Fashion Week Homme AW20/21 Jour 1

DEFILE SANKUANZ A L’ELLIA ART GALLERY (MARAIS): Le créateur chinois Shangguan Zhe a présenté une nouvelle collection unisexe d’inspiration punk sur un rythme trépidant. Au rendez-vous: du noir, du cuir, des tatouages, du destroy, des tailleurs draculesques, des ceintures à clous et des perfectos graffés. Des ensembles aux vestes superposées ajoutent un ton militaire/streetwear. Du fluo s’invite par petites touches au fil des silhouettes, en liseré sur un jogging, en uni sur un pantalon ou sur des bottes, ou encore sur une chemise à carreaux style bûcheron disco. De jolis marrons et violets viennent compléter cette timide palette de couleurs. Certains looks présentent une collaboration avec Adidas devant être lancée prochainement à Shangai.

Le streetstyle du mardi 14 janvier 2020:

Et, pour terminer, mon look du jour (look sobre, mais décor fun):

Fashion Week Femme SS20 Jour 9 (dernier jour)

DEFILE JAREL ZHANG AU FAUST: Avec cette nouvelle collection intitulée « Ctrl.Alt.Home », le jeune créateur chinois fait allusion à la possibilité de résoudre beaucoup de problèmes numériques en redémarrant son ordinateur, formulant ainsi l’espoir que toutes les personnes qui souffrent dans le monde puissent un jour aspirer à une nouvelle vie en appuyant sur le bouton redémarrer. Poursuivant une fusion des esthétiques orientale et occidentale, il nous propose une nouvelle version de ses tenues fonctionnelles, unisexe et futuristes, à base de tissus techniques innovants, aux coupes amples et d’esprit sportswear. Avec de grandes poches pour le côté pratique, les silhouettes se déclinent dans des coloris bleu, vert, kaki, camouflage, noir et brillant, agrémentés de quelques imprimés graphiques.

DEFILE LYSANDRE GL AUX SALONS HOCHE: La créatrice chinoise Minhua Guo Lenoir, qui a fondé sa marque à Paris en 2016 après avoir travaillé de nombreuses années avec Olympia Le Tan, a dévoilé une nouvelle collection intitulée « Rêveries Enivrées » qui est une invitation à un voyage onirique. Celui-ci nous emmène dans différents univers avec successivement des silhouettes lunaires, reflets de couleurs froides avec des finis métallisés, puis des teintes plus colorées et chaleureuses marquant une dualité entre le jour et la nuit. Transparences et superpositions traduisent la légèreté propre aux rêves. Les matières nobles et vaporeuses des robes sont sublimées par de délicates broderies de perles et sequins qui caractérisent la marque. Les coupes créatives allient tradition et modernité en combinant également cultures européenne et chinoise.

Le streetstyle du mardi 1er octobre 2019 aux abords des défilés Chanel et Miu Miu:

Et, pour terminer, mon look du jour:

Fashion Week Femme SS20 Jour 8

DEFILE SHIATZY CHEN AU PALAIS DE TOKYO: La créatrice taïwanaise Wang Chen Tsai-Hsia a présenté une nouvelle collection inspirée par la spiritualité et la tranquillité d’une forêt de bambou. Une nouvelle déclinaison de son thème préféré, la combinaison des cultures orientale et occidentale. Exprimant la fraîcheur d’une forêt et la poésie orientale, la collection met en scène des silhouettes aérées, avec de la dentelle sur tout ou partie des tenues, des jupes courtes flottantes, des robes longues vaporeuses, des sous-vêtements portés comme vêtements d’extérieur, des tops dos nu ayant la forme d’un dudou (sous-vêtement chinois traditionnel), des brassières en dentelle. Jeux de transparences, broderie ton sur ton grimpant sur une chemise, imprimés graphiques, dessins artistiques d’insectes, mantes et papillons, et d’escargots. Les tissus délicats (organza, dentelle, coton, soie, satin) se déclinent en blanc et noir dominants, complétés par des bruns, verts et rouges. Des sandales très actuelles finalisent ces looks délicieux et subtils qui respirent la jeunesse.

Le streetstyle du lundi 30 septembre 2019:

Et, pour terminer, mon look du jour:

Fashion Week Femme SS20 Jour 7

DEFILE FATIMA LOPES AU SALON DES MIROIRS: La créatrice portugaise a présenté une nouvelle collection intitulée « Exotic Nature », inspirée par l’esthétisme, la poésie et le raffinement des fleurs exotiques. Les silhouettes chic se déclinent dans des couleurs franches (verts exotiques, secs et subtils, turquoises lumineux, rouges intenses) qui se combinent à des nudes, saumons et roses délicats, des noirs absolus et des blancs purs. Trikinis graphiques pour la plage. Robes cocktail longues aux drapés onctueux. Mousselines de soie, laines froides, viscoses, mélanges singuliers de dentelles pailletées et de plumes, transparences… Une élégance moderne et intemporelle.

Le streetstyle du dimanche 29 septembre 2019, notamment aux abords du défilé Valentino (les stagiaires ont encore frappé en envoyant la même robe à différentes invitées!)

Et, pour terminer, mon look du jour:

Fashion Week Femme SS20 Jour 6

DEFILE ALIANNA LIU A L’HOTEL INTERCONTINENTAL PARIS LE GRAND: Pour le premier défilé à Paris de sa marque fondée en 2018 et également basée à Paris, la créatrice chinoise a présenté une nouvelle collection intitulée « Kiss a rainbow under your skin » et inspirée de ses chats. Une collection sophistiquée et colorée reprenant toutes les teintes de l’arc-en-ciel avec de jolis dégradés, combinant des tissus soyeux et luxueux avec quelques touches de transparences. Broderies faites main, impressions dessinées à la main, volants romantiques, détails soignés se combinent également à des pièces plus basiques, comme ces T-shirts et sweaters décorés de dessins humoristiques. L’allure d’ensemble est très féminine et célèbre la joie de vivre.

DEFILE GEOFFREY B SMALL A L’ESPACE SAINT-MARTIN: Cherchant toujours à rapprocher mode et art, le designer américain installé en Italie a dévoilé sa nouvelle collection dans le cadre d’une représentation de l’opéra « L’Alcibiade » du compositeur vénitien Marc’Antonio Ziani (1680). Une histoire remarquable abordant les thèmes majeurs du genre, du pouvoir, de l’ambition et de la guerre. En référence aux admiratrices de ce héros tragique grec qui doivent se déguiser en homme pour aller le voir en personne au Sénat interdit aux femmes, puis à l’une d’entre elles qui finit par annoncer devant tout le monde qu’elle est une femme, le défilé met en scène en première partie des tenues masculines qui évoluent petit à petit vers plus de féminité. Looks masculins avec des jupes transformées en pantalons, chemises, cravates, pièces masculines diverses retravaillées sur des silhouettes féminines. La féminité se révèle progressivement avec, pour finir, des jeux de transparence avec ces magnifiques pièces de velours en dévorée de soie et viscose sur une base en tulle, et en dernier une superbe veste verte en soie et viscose avec imprimé méduses, assortie avec une délicieuse mini-jupe plissée. Comme toujours les pièces sont tissées à la main dans les ateliers du créateur à Venise et de nouvelles teintures naturelles sont recherchées. Beaucoup de soie, conférant une grande légèreté à la collection. Un anorak 100% en soie est imperméabilisé avec de la cire d’abeille. Les vestes longues s’imposent. Coupes variées, travail sur les proportions, détails revisités: toujours autant d’inspiration pour une mode écologiquement et socialement responsable.

Le streetstyle du samedi 28 septembre 2019:

Et, pour terminer, mon look du jour:

Fashion Week Femme SS20 Jour 5

DEFILE ISSEY MIYAKE AU CENTQUATRE (19EME ARRONDISSEMENT): Cette collection intitulée « A Sense of Joy » était très attendue, car c’était la première à être présentée par le nouveau directeur artistique Satoshi Kondo, promu à ce poste début septembre. Et elle n’a pas déçu, bien au contraire. Illustrant le plaisir primitif quasi instinctif de s’envelopper et de se mouvoir dans un vêtement, elle s’inscrit assurément dans la trace de son prédécesseur tout en lui donnant un nouveau souffle et une allure plus actuelle. Le défilé chorégraphié s’est déroulé sous forme d’un véritable spectacle composé d’une série de petites scènes présentant chacune un groupe de tenues dans une joie communicative. Jouant sur les constructions et les superpositions, les silhouettes fluides s’enchaînent dans des teintes tantôt monochromes, tantôt bariolées. Robes fluctuantes, tuniques de vestales, combinaisons confortables couleur chair et mauve, trenchs légers blancs ou décorés à grands coups de pinceaux, chapeaux de paille majestueux, tenues frangées ou en macramé, grands sacs demi-lune tournoyant comme des éventails, maxi coupe-vents à capuche colorés s’ouvrant comme comme des ailes de chauve-souris, robes plissées multicolores construites par strates de différentes longueurs, robes toupies à doubles strates…Une collection riche et pratique, toute en émotion et en poésie.

PRESENTATION NACO PARIS A L’ATELIER VITRINE: Malgré les embûches placées sur son chemin, le créateur underground, libre et décalé a relevé le défi de présenter une nouvelle collection unisexe intitulée « Le Portrait ». A cette occasion a été dévoilé un travail photographique réalisé avec l’artiste photographe Nathalie Sauvegrain (Natydred), dans lequel les pièces de la collection ont été mises en scène dans des compositions florales et fruitières rappelant la peinture classique du 17ème siècle. Une collection graphique et très colorée reflétant comme toujours le caractère passionné du créateur.

Le streetstyle du vendredi 27 septembre 2019:

Et, pour terminer, mon look du jour: