Fashion Week Femme SS21 Jour 8

DEFILE ROKH EN DIGITAL: Le créateur sud-coréen Rok Hwang, qui est basé à Londres et a remporté le prix spécial du jury LVMH en 2018, a filmé un défilé sans public, de nuit, dans un décor désertique post-apocalyptique qui résonne avec l’époque actuelle. Il y dévoile un romantisme sombre à base d’oppositions où des références victoriennes composent avec des inspirations guerrières, des éléments fluides s’associent à des détails gothiques. Les patchworks de tartan se muent en armures épaulées portées avec des rangers. Des robes à manches ballons sont coupées dans du vinyle. Une robe de guerrière en cuir est garnie d’un col en dentelle blanche. Une jupe plissée rose est assortie de chaînes et d’un harnais. Quelle époque!

 

Fashion Week Femme SS21 Jour 5

DEFILE YOHJI YAMAMOTO A L’HOTEL DE VILLE: Le créateur japonais a dévoilé une nouvelle déclinaison de son art du drapé, jouant sur la coupe et la structure des vêtements avec beaucoup de sensualité. Une collection sombre avec du noir et blanc pour commencer, puis du noir, du noir et du noir, et pour terminer un final en blanc éclatant pour transmettre malgré tout une lueur d’espoir. Premiers looks épurés avec de fins tissus à peine cousus et maintenus par des noeuds. Puis apparaissent des volumes de plus en plus surprenants avec intégration aux matières de structures rigides. Les tissus semblent s’envoler au dessus de l’épaule, des empiècements paraissent flotter au-dessus des bustes, des fils de fer apparents ressemblant à des barbelés maintiennent des pans fluides de robes toujours plus amples et chargées. En définitive un style aux accents protecteurs, faisant écho aux périls de l’époque actuelle.

Fashion Week Femme SS21 Jour 1

Malgré le contexte sanitaire cette Fashion Week parisienne a finalement eu lieu aux dates prévues, du 28 septembre au 6 octobre 2020, tant bien que mal, avec une majorité de défilés/présentations en digital, et quelques défilés physiques chaque jour avec leur corollaire en termes de streetstyle, sauf le premier jour 100% virtuel.

PRESENTATION WALES BONNER EN DIGITAL: Pour sa première présentation dans le cadre de la Fashion Week parisienne, la créatrice londonienne qui avait remporté le prix LVMH en 2016 a proposé une nouvelle déclinaison de son style combinant culture caribéenne et tradition britannique. Cette collection mixte intitulée « Essence » s’inspire ainsi du style flamboyant du dance-hall (musique dérivée du reggae) du début des années 1980 en Jamaïque, en l’associant aux codes plus traditionnels de la couture britannique. Les silhouettes sont fluides, mais avec beaucoup de contrastes et de détails complexes chers à la créatrice. On y trouve également des vêtements de sport hybrides conçus en collaboration avec adidas Originals. Les vestes de tailleur se portent sur un survêtement et sont accessoirisées d’un béret, tout cela dans une palette de couleurs riche mêlant des verts, bleus, rouges, fuchsia et violets à des tons chauds plus neutres (brun, anthracite, beige). Hommes et femmes sont chaussés de bottines cirées, ballerines à brides, baskets Adidas et mocassins.